Épisode 124

Moi — Shit ! J’ai oublié ma carte de la ville !

Troy — Il me semble t’avoir vue la glisser dans la poche de ton sac, la dernière fois…

Moi — Je m’en suis servie dimanche à la bibliothèque pour emprunter des livres pour Lou… elle doit être sur le comptoir de ma cuisine. Et là, je n’ai pas mon porte-monnaie pour payer mon entrée… Shit.

Troy — C’est pas grave. Je vais te le payer, ton billet.

Moi — Merci Troy. Je me sens vraiment mal… je te dois tellement de fric.

Troy — Bah. Tu me rembourses largement en me faisant passer pour une beauté fatale dans ton web feuilleton.

Moi — Arrête d’être modeste. Si je te te décris comme un ange, c’est parce que tu en as l’air. (Je m’approche du guichet.) Bonsoir madame. Je vais prendre une entrée pour le bain libre.

La préposée — C’est dix dollars.

Moi — Dix dollars ?!? Mais… La carte annuelle en coûte vingt-cinq et je peux venir à volonté !

La préposée — (Impassible.) Ce n’est pas moi qui fais les règles.

Moi — Ça fait deux mois que je viens chaque mardi… vous savez bien que j’ai ma carte.

La préposée — (Toujours impassible.) Pour entrer, il faut scanner sa carte ou son billet sur le lecteur.

Moi — C’est juste un tourniquet… vous pourriez me laisser passer à côté, ça ne changerait rien puisque vous savez que j’ai ma carte… c’est vous qui me l’avez faite, en plus !

La préposée — (Plus impassible que le roc – impassible comme une fonctionnaire municipale.) C’est le règlement. Il n’y a rien que je puisse faire.

Moi — La piscine est presque vide, en plus ! Bordel, ça ne changerait rien à rien qu’on me laisse entrer sans ma carte, alors que j’ai déjà payé !

La préposée — C’est dix dollars.

Moi — Vous avez accès à la base de données, puisque vous m’avez fait ma carte. Ça ne vous dirait pas juste de vérifier que j’y suis et me laisser entrer ?

La préposée — (En gardant le même ton monocorde depuis le début.) Pour entrer, il faut scanner sa carte ou son billet sur le lecteur.

Moi — Je le sais, vous l’avez déjà dit ! Maille gode ! J’ai l’impression d’un distributeur automatique aurait plus de pouvoir discrétionnaire que vous !

Troy — (S’interposant entre la préposée en moi.) Je vais prendre un billet pour madame.

La préposée — C’est dix dollars.

Troy — Voilà. Pourriez-vous me donner un reçu et écrire : « À Anne, de Troy ; Joyeux Noël à l’avance et que la nouvelle année t’apporte moins de scènes de courroux de contribuable dans les lieux publics » ?

La préposée — Heu…

Troy —Je blague. Merci beaucoup.

La préposée — (En remettant le billet à Troy.) Bonne baignade.

Troy — (Me remet le billet.) Belle joute oratoire ! Ça manquait un peu de lamentations sur tes taxes, par contre. Tu devais t’en servir au maximum la prochaine fois…

Moi — (En scannant mon billet.) Pfff. Tu as de la chance d’être beau comme un pâtre grec, toi.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s