Épisode 245

Elle — Un verre de bulles, poussinette en miel ?

Blondine — (Lève son verre de jus de pomme.) Non merci, Ousmane vient de me remplir.

Ousmane — Ha ha ! Euh… oui. Moi, j’en prendrais bien, par contre.

Elle — Et hop ! À l’éventuel possible futur père probable !

Moi — À la vôtre, mes amours.

(Tous trinquent à la santé de leur projet commun.)

Ousmane — C’est drôle, nous avons tous ici un point en commun.

Elle — Oui ! Nous sommes toutes de futures mères ! Et père !

Ousmane — Oui, c’est sûr, mais aussi : nous sommes tous des amoureux d’Anne… et des métamours entre nous.

Blondine — Quand je pense qu’il y a à peine plus d’un an, je pratiquais le BDSM à temps très partiel et je trouvais TELLEMENT que ma vie était étrange et hors normes.

Elle — C’est ce qui se produit quand on se met à vivre dans un feuilleton d’Anne Archet. On s’habitue, à la longue.

Ousmane — Pour vrai ?

Elle — Non.

Moi — On a aussi tous en commun le besoin de s’organiser et de déterminer nos rôles de parents respectifs. Devenir parent, ce n’est pas une lubie passagère qui sert de prétexte pour faire des achats compulsifs. C’est un engagement à vie envers un être humain. (Je regarde en direction d’Elle.) N’est-ce pas ?

Elle — Hey ! J’ai jamais dit le contraire. Attendez toutefois de voir tous les trucs cool que j’ai trouvés sur les interwebs…

Ousmane — En ce qui me concerne, j’ai mis ma maison en vente et j’ai déjà eu une offre. Blondine et moi, nous nous sommes entendus pour que je paie la moitié de la valeur de la sienne et que nous en soyons propriétaires à part égale.

Blondine — Nous allons être quasiment mariés, en somme.

Ousmane — Un vrai mariage traditionnel, sans sexualité et avec chambre à part !

Elle — Amen to that, sister ! (Elle et Blondine se font un hi-five.)

Blondine — Ousmane et moi allons être les parents administratifs, pour l’état civil. En plus de fournir le matériel génétique et la matrice pour la procréation.

Ousmane — Ainsi que le lait maternel…

Elle — Pour vrai ? J’ai vraiment hâte de te voir tirer ton lait, Oussy !

Toutes — HA HA HA HA HA !

Moi — Quant à moi, j’ai proposé d’être la maman des jours ouvrables. Vous avez toutes des jobs de bureau alors que moi, je peux aménager mon temps pour être parent à temps plein pendant les heures d’affaires. Je vais transformer ma chambre d’invités en chambre pour bébé…

Elle — … Avec mon aide. J’ai déjà trouvé un lit et la table à langer incroyablement cuuuuuutes ! Quant à moi, je m’offre pour être la maman des week-ends, des soirs de sorties, des imprévus, des voyages à l’étranger : bref, la MAMAN GÂTEAU ! Je me propose aussi de préparer des repas pour le bébé et pour les parents exténués parce que ce n’est pas avec la bouffe d’Anne qu’on va passer à travers…

Moi — Hey ! Tu dis toi-même que tu arrives à faire cramer l’eau quand tu essaies de la faire bouillir !

Elle — Peut-être, mais ma bouffe goûte autre chose que le carton d’emballage…

Ousmane — Mesdemoiselles, mesdemoiselles, inutile de vous battre. Vous êtes toutes les deux nulles en cuisine.

Blondine — Ha ha ha ha !

Moi — Pfff. En tout cas.

Elle — Bon, est-ce qu’on peut maintenant passer aux choses sérieuses ?

Ousmane — C’est à dire ?

Elle — La grossesse, c’est pour quand ? Comment allez-vous vous y prendre ?

Ousmane — Euh…

Elle — Est-ce qu’on peut assister à la conception ? Ou alors, voir les photos ?

Moi — (Je lui donne un coup de coude dans les côtes.) Franchement !

Elle — Aie !

Blondine — Il est un peu trop tard pour ça. (Elle fouille dans son sac et en sort un test de grossesse utilisé.) Regardez.

(Cris et pleurs de joie. Nous nous levons toutes pour enlacer et embrasser la future mère.)

Elle — Shit ! Je viens de comprendre ce que Judith voulait dire quand elle a dit « Ousmane vient de me remplir ».

Moi — (Les yeux embués, émue.) C’est un miracle de Festivus, chérie.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

 

Publicités