Épisode 311

Bill — (En descendant l’escalier sur la pointe des pieds.) Finally, the kids are sleeping!

Maël — Thank you so much, dear.

Blondine — Vos filles sont si adorables !

Moi — Des jumelles identiques en plus. Cute !

Bill — Yup. They are truly bundles of joy. Another glass of wine, anybody?

Blondine — Pas pour moi, merci. Avoir deux enfants aux couches, ça doit quand même être tout un défi…

Maël — On s’adapte vite. Du moins, c’est ce qui m’est arrivé. (À Blondine) Et pour quand est l’heureux événement ?

Blondine — (En caressant son ventre) Pour la mi-mars. Je commence vraiment à avoir hâte.

Bill — Will it be your first child?

Blondine — Oui. En fait, ce sera mon premier à moi. Anne a déjà une fille qui aura quinze ans dans quelques semaines.

Maël — Une famille reconstituée !

Moi — En quelque sorte, oui.

Blondine — (Tout sourire.) Disons seulement que c’est compliqué.

Moi — Nous sommes polyamoureuses, alors notre arrangement de vie peut sembler étranger à prime abord.

Bill — I’m curious… Would you care to explain – if it’s not to indiscrete?

Blondine — Anne et moi seront les parents de l’enfant selon l’état civil.

Moi — Sauf que dans les faits, nous seront quatre parents. Il y a aussi Ousmane, qui est mon amoureux…

Blondine — Et donc mon métamour – et aussi mon colocataire.

Moi — Et il y a aussi mon autre amoureuse qui agira comme parent.

Blondine — Mon autre métamour. Elle vit avec son amoureux – qui est aussi l’amoureux d’Anne et donc mon métamour – et vient de marier sa blonde.

Moi — Qui n’est pas moi, mais une fille prénommée Roxane.

Blondine — Celle-là est le métamour de mon amoureuse. Est-ce que ça porte un nom?

Moi — Méta-métamour ? Métamour au deuxième degré ?

Maël — Ok, je suis complètement perdue. J’aurais dû prendre des notes.

Blondine — Pour simplifier, nous allons élever cet enfant à quatre.

Moi — Et si je me fie à mon expérience, nous ne serons vraiment pas trop.

Maël — Maille gode ! Bill et moi avons l’air straight et plates en comparaison.

Moi — Pas tant. Une personne genderfluid et un homme en relation D/s, ça ne court pas les rues.

Bill — You would be surprised.

Blondine — Racontez-nous comment vous vous êtes rencontrés !

Maël — Oh, c’est une histoire bien banale. Ma grand-mère habitait Gatineau et je suis déménagée pour prendre soin d’elle. Elle est morte depuis.

Moi — Oh. Toutes mes condoléances.

Maël — Ça va, ça fait maintenant trois ans. Un soir, je suis sorti dans un pub et il était là. Ça a tout de suite cliqué.

Blondine — Je peux te poser une question délicate – et sens-toi à l’aise si tu n’as pas envie de me répondre.

Maël — Bien sûr.

Blondine — Est-ce que Bill a tout de suite su pour ton identité de genre ?

Maël — Oui. Je lui en ai parlé pendant la soirée.

Bill — The first time I saw them, they was presenting as a woman. Let’s say I had a crash course on non-binary identities.

Moi — Et ce fut le coup de foudre ?

Bill — The what now?

Moi — Love at first sight.

Maël — Pas pour moi, non. Mais Bill a su me faire la cour à l’ancienne comme seul un Écossais sait le faire. C’est ça qui m’a fait craquer.

Blondine — Aon !

Maël — Il a fallu que je l’avertisse que je suis aussi kinky, alors il a fallu aussi qu’il s’initie au BDSM.

Bill — Believe me, it was quite a learning curve.

Moi — Et vous êtes dans une relation monogame exclusive?

Bill — Kinda.

Maël — Bill a beaucoup d’imagination et comprend bien mes fétiches de soumission et d’humiliation. Parfois, d’autres partenaires sont inclus dans nos jeux, mais il n’y a rien de génital avec eux.

Moi — Sauf pour cette histoire de sperme, han.

Bill — Well, it comes from genitals, but no one touches anyone’s genitals.

Blondine — On peut donc être monogame et se faire enduire du sperme de dizaines d’hommes ?

Maël — Ça semble étrange, mais oui, parfaitement.

Blondine — Je vois que ma chérie prend mentalement des notes pour son prochain bouquin.

Bill — Oh! You’re a writer, Anne?

Moi — J’ai commis quelques petits trucs, en effet.

Blondine — Dont une phrase de vingt-six mille mots sur la masturbation féminine. Regardez, j’ai la couverture ici! (Elle leur montre son cellulaire.)

PerdreHaleine_Couverture

Blondine — Ce sera en librairie le 11 février !

Moi — En fait, c’est sur la masturbation pour les personnes dotées d’une vulve, han.

Maël — Wow! Je vais devoir lire ça à tout prix.

Moi — Je t’en offrirai une copie.

Bill — This is so cool! You’re the first writer I personally know.

Maël — Tu sais ce qui serait VRAIMENT cool ? Que tu écrives une histoire érotique nous mettant en scène, Bill et moi.

Blondine — OUUUIII ! Une histoire !

Moi — Euh… Ok, pourquoi pas. Voulez-vous que je raconte votre trip du jour de l’an ?

Maël — Non! Un truc complètement fou et inventé !

Bill — I’ve got an idea: why not a gangbang story? That’s not something we would never do, but living it through a fiction would be so hot…

Maël — Oui ! Ça serait trop bien !

Moi — Je vais voir ce que je peux faire…

Blondine — Donnez-lui un ordinateur, un autre verre de vin et une heure… et vous verrez.

< Épisode précédent | Épisode suivant >