Épisode 7

Elle — (Mange de graines de tournesol) Crick… crick… crick…

Moi — (Avec une moue dégoûtée) Je pense que je préférais quand tu fumais, finalement.

Elle — (La bouche pleine) C’est pas gentil de me dire ça. J’ai arrêté juste pour toi, pour que je sente bon et que tu ne fasses pas de crises d’asthme.

Moi — Je regarde ce plat rempli d’écales baveuses et je m’ennuie de tes cendriers.

Elle — Arrête de râler, sinon je te fais respirer mon haleine de graine secondaire.

Moi — Beurk.

Elle — Hi hi hi !

Moi — Lâche donc ce sac et raconte-moi plutôt comment tu as rencontré ton chum.

Elle — Bah. Sur Fetlife, tout simplement.

Moi — J’en déduis qu’il est un Dom.

Elle — Tu me connais tellement, ma souris toute mimi !

Moi — Comment a-t-il accompli l’exploit de t’assouplir jusqu’à la flexibilité ?

Elle — Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. On a commencé à discuter en ligne de façon purement amicale. Il écrit un français impeccable et tu sais comment ça m’allume, le respect des règles de grammaire.

Moi — Ça et la discipline corporelle sévère, je sais.

Elle — Toujours est-il qu’il a fini par m’inviter pour un café – en tout bien tout honneur.

Moi — Laisse-moi deviner… après trente minutes, tu lui as dit que tu avais besoin d’une fessée.

Elle — Quinze.

Moi — Incroyable. Avec moi, tu as pris beaucoup plus de temps avant de craquer.

Elle — Je sais ! C’est fou, hein ?

Moi — J’en conclus que l’homoflexibilité t’es venue à grand coups de main sur les fesses.

Elle — Ça s’est fait très graduellement, à vrai dire. Je le rencontrais pour une séance une fois par semaine et il n’y avait rien de génital entre nous. C’est avec laftercare qu’il m’a eue. Si tu savais ! Il est si attentionné, si doux, si tendre… qu’on a fini par faire l’amour – et être en amour.

Moi — Wow. Il va falloir que je rencontre un jour cet être d’exception.

Elle — Oh ! Oh ! Oh ! Mets ça à TVA ! C’est La Voix qui commence !

Moi —La Voix ? T’es pas sérieuse ?

Elle — Oui ! J’adore les auditions à l’aveugle.

Moi — Just kill me.

Elle — Arrête donc et viens te coller sur le divan avec moi !

Moi — Cette émission est une vraie torture – et je ne suis pas masochiste, moi.

Elle — Chut ! Donne-moi ton épaule et écoute.

Moi — Grrrrr.

Elle — (Soupire.) Je pense que je suis en bonne voie pour redevenir ta blonde.

Moi — Pas si tu prends l’habitude de venir chez moi écouter La Voix en mangeant des graines de tournesol.

Elle — Ben là… À quoi ça sert d’avoir une blonde, sinon ?

Moi — Si on m’avait dit que je finirais un jour par me retrouver avec une lesbienne qui ne pense qu’à manger des graines

< Épisode précédent |Épisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s