Épisode 15

Moi — Je suis vraiment confuse… j’aurais tellement voulu que notre première rencontre se déroule autrement.

Lui — Tout est bien qui finit bien. Je suis retourné à la maison mettre le repas au congélateur…

Elle — … Et maintenant on se délecte de ce merveilleux numéro huit pour trois extra egg rolls.

Moi — Je pense que j’ai trop attendu pour prendre mes cachets.

Elle — C’est parce que je ne suis plus chez toi pour te les enfoncer dans la gorge à coup de gavoir, ma petite oie blanche.

Lui — Franchement… ne lui dis pas une chose pareille ! Pauvre chouette, elle vient à peine d’arrêter de trembler.

Elle — Ben quoi ? C’est vrai que je ne peux pas prendre soin d’elle chaque jour, comme je le faisais avant !

Moi — J’arrive parfaitement à me débrouiller au quotidien, vous savez. Le genre de crise à laquelle vous avez assisté se produit très rarement. Même si j’ai tendance à vivre recluse, je dirais que la plupart du temps, je suis à peu près en état de marche.

Elle — Voilà une excellente raison de porter un toast. À nos amours qui, comme mon Anarchouette en chocolat, sont la plupart du temps en état de marche !

Lui — Ha ha ! T’es folle, ma chérie !

Elle — Arrête tes compliments ! Tu sais que ça m’excite et que je risque de finir par te plaquer dans un coin pour vérifier si tu es en état de marche !

Lui — Hu hu hu !

Moi — Ah la la. Vous êtes vraiment cutes, vous deux.

Elle — C’est vrai qu’il est chou, mon petit poussin chéri.

Moi — Et merci d’être venus m’aider… je ne savais pas que tu avais de l’expérience dans le soutien des personnes en état de crise.

Lui — Elle ne t’avait pas dit que je travaille dans un CHSLD ?

Moi — Non. Elle ne m’a pas dit non plus que tu mesures presque deux mètres et que tu as une voix de basse profonde. Ou que tu as les yeux bleus comme des topazes. Ou que…

Lui — Ou que je suis poilu comme un ours…

Moi — Oui, comme un ours brun, en plus. Ou que tu joues du piano et de la guitare… Ou que tu es polyglotte et que tu as vécu à Athènes, à Berlin et à Buenos Aires… Ou que tes bras sont couverts de tatouages… Ou que tu as deux fils et un chien…

Elle — Come on ! Je t’ai raconté le plus important, quand même.

Lui — Ah oui ? Et je peux savoir qu’est-ce que c’est ?

Moi — Elle m’a surtout expliqué en long et en large à quel point tu es toujours en état de marche.

Elle — En long… (Elle écarte les mains.) mais surtout en large. (Elle écarte le pouce et l’index de sa main droite.) En très large – et bien large.

< Épisode précédent |Épisode suivant >

2 réflexions sur “Épisode 15

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s