Épisode 31

Lui  — Anne ?

Moi — Rggnnnnm ?

Lui  — Tout va bien ?

Moi — Je m’endors comme un bébé contre ton corps tout chaud après avoir été nourrie, baignée, épongée, massée, léchée et baisée deux fois… et tu me demandes si je vais bien ?

Lui  — Euh…

Moi — Je t’annonce solennellement que je ne pourrais pas mieux aller. Je t’enverrai la lettre de confirmation officielle dûment paraphée demain matin, promis.

Lui  — Ha ha ha !

Moi — Dodo, maintenant.

(Long silence.)

Lui  — Anne ?

Moi — Rggnnnnm ?

Lui  — Tu crois que ça va bien, de son côté ?

Moi — Probablement. Je l’ai entendue dire qu’elle reviendrait tout de suite après son rendez-vous au resto avec Roxane-la-butch-de-ElleRencontre ; puisqu’elle n’est toujours pas rentrée, j’en déduis que le courant a passé entre elles.

Lui  — Je m’inquiète toujours un peu quand elle part rencontrer de nouvelles personnes.

Moi — Tu es si protecteur, ça ne m’étonne pas.

Lui  — Je ne fais pas juste m’inquiéter. Je ressens aussi de drôles de trucs…

Moi — Ah ?

Lui  — Oui. Je pense à elle et je ne peux m’empêcher d’imaginer ce qu’elle est en train de faire… et je ressens une drôle de fébrilité, comme… je ne sais pas comment le décrire…

Moi — Comme un vide à l’intérieur mêlé à un sentiment d’excitation ?

Lui  — Oui, genre.

Moi — Comme une tristesse de ne pas être avec elle, accompagnée d’une joie étrange de la savoir heureuse ? Une émotion douce-amère qui irradie de ta poitrine et te fais sourire et pleurer à la fois ? Un sentiment de manque et de plénitude à la fois ? Avec en prime une hâte qu’elle revienne et te raconte tout dans les moindres détails ?

Lui  — Oui ! C’est ça ! Exactement !

Moi — Bienvenue dans le monde merveilleux de la compersion, chéri.

Lui  — La quoi ?

Moi — Tu googleras ça demain. Dodo, maintenant.

(Long silence.)

Lui  — Anne ?

Moi — Rggnnnnm ?

Lui  — Compersion, ça s’écrit avec deux S ou un T ?

Moi — Ça s’épelle  d-o-d-o-m-a-i-n-t-e-n-a-n-t.

Lui  — « Dod… » Oh! Ok, je te laisse tranquille. Je t’aime, trésor.

Moi — Moi aussi. Dodo, maintenant.

(Long silence.)

(Bruit d’une porte qui claque et de pas qui s’avancent vers la chambre.)

Elle — (Se glissant dans le lit) Mes poussins en chocolat ! Dormez-vous ?

Moi — Rggnnnnm ?

Elle — J’ai le visage qui sent la chatte! Qui a envie de m’embrasser ?

Lui  — Ah.. euh.. oh! Euh… oh !

Moi — Bon, ça y est, tu lui as fait faire une overdose de compersion. Bravo.

< Épisode précédent |Épisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s