Épisode 55

Moi — Tiens, je t’ai apporté de l’eau.

Troy — (Rougissant, à bout de souffle et en sueur.) Merci… Et je pense que ton chum a besoin d’une serviette.

Lui — (Allongé à côté de Troy et passant sa main dans sa chevelure, le visage poisseux illuminé d’un sourire.) Je crois que je viens de vivre l’expérience sexuelle la plus intense de toute ma vie.

Troy — C’était assez… ouf… incroyable… pour moi aussi.

Lui — Tu es si… parfait. La seule petite imperfection sur ton corps est cette tache de naissance noire sur ton clitoris… et ça ne fait qu’accentuer ta beauté.

Troy — C’est ironique que tu me dises que mon imperfection se trouve entre mes cuisses, parce que J’ai longtemps détesté cette vulve. J’ai appris à la longue à l’accepter… mais là, je sens que tu vas arriver à me la faire aimer.

Lui — Il n’y a pas une seule parcelle de toi qui ne soit pas adorable.

Troy — Ah la la… tu sais vraiment parler aux jeunes hommes, toi.

Lui — Te faire l’amour, c’est comme se faire caresser par l’aile d’un ange. Je suis bouleversé.

Troy — Arrête, je suis un gars ordinaire. C’est toi qui as joué avec mon corps comme un virtuose.

Lui — Je n’ai fait que répondre aux signaux que tu m’envoyais… et aussi à tes propres caresses. On dirait qu’un nouveau monde vient d’apparaître sous mes yeux.

Moi — Vous étiez beaux et émouvants à voir, tous les deux.

Troy — C’était excitant de te voir te caresser en nous regardant. Jamais je n’ai expérimenté quelque chose de semblable.

Lui — Oui, mais on ne s’est pas occupés de toi, par contre.

Moi — Vous savez quoi ? Avoir été témoin de vos ébats passionnés me suffit amplement pour ce soir.

Lui — Tu es certaine ? Parce que je pourrais…

Troy — (En réprimant un bâillement.) Oui et moi aussi je peux…

Moi — J’ai une bien meilleure idée. Vous avez l’air claqués, alors je vous offre mon lit. Restez blottis l’un contre l’autre et reposez-vous bien; moi, je vais aller dormir sur le canapé.

Troy — Voyons, tu es chez toi, on ne peut pas faire ça…

Lui — Viens entre nous, on va te faire de la place. Je peux te faire un massage…

Troy — Oui, c’est à ton tour de te faire caresser et…

Moi — Tut tut tut ! Je ne veux plus entendre un mot. Bonne nuit, les tourtereaux.

(Je leur envoie un baiser de la main, puis je ferme la lumière et vais m’installer dans le salon. Jusqu’aux petites heures, je suis attendrie en les écoutant murmurer, rire, soupirer et gémir de plaisir dans la pièce d’à côté – jusqu’à ce que je sombre, bien avant eux, dans le sommeil.)

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s