Épisode 100

(Le téléphone sonne. Il est trois heures du matin.)

Moi — Allô ?

Elle — (Pleure.) Aaaaanne ! (Renifle et pleure.)

Moi — Mon amour ? Tout va bien ?

Elle — (Pleure.) Ça ne va pas du tout ! Je… (Pleure de plus belle.)

Moi —Qu’est-ce qui se passe ? Tu n’es pas blessée, j’espère…

Elle — (Pleure.) Roxane… Je lui ai dit… Je… (Pleure de façon incontrôlable.)

Moi — Calme-toi, ma chérie… raconte-moi ce qui est arrivé.

Elle — (Pleure.) Rox et moi c’est fini ! (Renifle et pleure.)

Moi — Voyons donc… Vous aviez l’air de filer le parfait bonheur par plus tard qu’hier soir.

Elle — (Pleure.) J’en peux plus de son attitude de marde !

Moi — Ah ça…

Elle — (Sanglote.) Je lui ai dit d’arrêter de traiter poussin nigaud de tous les noms, mais elle n’a fait qu’en rajouter. On dirait qu’elle faisait exprès pour me contrarier. (Renifle.)

Moi — Ça sonne comme du Roxane tout craché. Elle a dit quoi, exactement ?

Elle — (Sanglote.) Elle a dit qu’il est un gros lard borné, un deux watts, un jambon avec une queue qui sent le fromage… et plein d’autres trucs horribles que je ne veux pas répéter ! (Renifle.)

Moi — Ce serait mentir de dire que je suis surprise. Elle m’a déjà traitée de féminazi et de social justice warrior

Elle — (Sanglote.) Oui, je sais, mais là elle dépasse les bornes. Je lui ai dit que ça me faisait de la peine et elle a continué en en remettant une couche ! Et puis elle m’a dit qu’il fallait que je l’accepte comme elle est si je l’aime vraiment. (Sanglote et hoquète.)

Moi — Il y a une différence entre aimer une personne pour ce qu’elle est et tolérer ses comportements toxiques. Pourquoi s’est-elle mise à insulter notre chéri comme ça? Est-ce qu’il était là ?

Elle — (Renifle.) Même pas ! Je lui ai juste dit que je ne pouvais pas aller à sa ride de bike avec ses chums ce week-end parce que j’avais une soirée avec poussin… et là, elle s’est mise en colère, a dit que c’était une sous-merde et m’a dit que je devrais le quitter !

Moi — Pour vrai ?!?

Elle — (Renifle.) Oui ! Elle l’a traité de toutes ces choses, puis elle a dit qu’il ne me méritait pas et que je devrais être à elle seulement. Moi, je lui ai dit qu’il n’en était pas question… alors elle… elle… (Se remet à pleurer très fort.)

Moi — Chérie… chérie… viens chez moi, je vais te faire un café et tu me raconteras tous les détails.

Elle — (Sanglote.) Je ne sais pas… je travaille demain et puis je ne veux pas te déranger… et… et… (Pleure.)

Moi — Dans l’état où tu es, call-toi malade et rapplique illico dans le demi-sous-sol.

Elle — (Sanglote.) Ok… J’arrive.

< Intermède |Épisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s