Épisode 119

Ousmane — (Bâille.) Est-ce qu’on regarde un autre épisode ?

Moi — (Blottie dans ses bras.) C’est comme tu veux, amour.

Ousmane — Il commence à se faire tard. Peut-être qu’on pourrait remettre ça à la semaine prochaine…

Moi — Peut-être que tu pourrais rester chez ici jusqu’à demain.

Ousmane — Tu veux qu’on…

Moi — Qu’on dorme ensemble, oui. Si tu en as envie…

Ousmane — C’est que… je travaille demain et je n’ai rien apporté…

Moi — Ce n’est pas obligé, c’était juste une suggestion…

Ousmane — Je pourrais peut-être passer à la maison et aller chercher de quoi me changer et me laver et puis…

Moi — Oui… tu pourrais aller chercher ton baise-en-ville…

Ousmane — Ou mon ne-baise-pas-en-ville !

Moi — Ha ha ha ! Bien sûr !

(La porte de la chambre ouvre. Elle sort, vêtue d’un drap.)

Elle — Excusez-moi… c’est la pause pipi. Hi hi hi !

(Roxane la suit, nue et ébouriffée.)

Roxane — Fin du quatrième round et l’arbitre n’arrive plus à compter les orgasmes !

Moi — (Agacée.) Ben oui, c’est ça. Bravo.

Roxane — Pour moi c’est ça ton problème, Man. T’as jamais joui pour de vrai, c’est pour ça que le cul ça t’intéresse pas.

Ousmane — Au contraire, j’ai déjà eu des orgasmes. C’est juste que…

Roxane — T’arrive pas à bander, c’est ça ? Tu sais qu’y’a des pelules qui règlent c’te problème-là…

Moi — (Très agacée.) Roxane, ta yeule. Ousmane n’a aucun problème.

Roxane — C’est peut-être toé d’abord qui a un problème, si tu t’es matchée avec un impuissant.

Moi — (En me levant d’un bond.) Ok, là ça suffit. (En direction d’Elle.) Chérie, je te laisse l’appart pour la nuit. Viens Oussy, on part.

Elle — (Qui sort de la salle de bain.) Qu’est-ce qui se passe ?

Moi — Il se passe que j’en ai plein le cul de ta blonde. Si elle n’était pas épilée, je la sortirais de chez moi en la traînant par le poil de noune.

Roxane — Ha ! Essaye-donc, juste pour voir !

Moi — Ta yeule, espèce de sans-génie ! T’es la pire emmerdeuse que je connaisse ! Même le Metamucil n’arrive pas à faire chier autant que toi ! Tu es pire qu’un poil de cul pris entre les dents ! Les morpions sont plus sympathiques que toi !

Elle — Voyons… tu ne peux pas partir comme ça, ma caille dans le sirop…

Moi — Oh si, je peux partir ! Et vous avez intérêt toutes les deux à ne plus être ici quand je reviendrai demain matin.

Elle — Mais… mais…

Roxane — Asti ! La v’la qui fait sa p’tite crisette… Bou hou hou !

Moi — Quant à toi… FUCK YOU ! je ne veux plus jamais… j’ai bien dit JAMAIS… te voir ou entendre parler de toi !

Roxane — Too bad so sad : je suis la blonde de ta blonde. T’es pognée avec moé.

Moi — Ah oui ? Alors je te la laisse. Elle est tout à toi. Bon vent !

Elle — Mais… mais…

Ousmane — Euh… Au revoir, mesdames…

Moi — Viens, Oussy. Amène-moi chez toi.

(Je prends Ousmane par la main et je quitte mon demi-sous-sol en claquant la porte.)

< Épisode précédent |Épisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s