Épisode 118

Elle — (Depuis la chambre à coucher.) Oh ! Oh ! Oh !

Roxane — (Depuis la chambre à coucher.) Fuck… YEAH !

Ousmane — On dirait que la réconciliation va bon train.

Moi — (Rit nerveusement.) Hi hi hi… oui, ça m’a tout l’air.

Elle — (Depuis la chambre à coucher.) Oh ! Oh ! Oh !

Moi — Euh… comment trouves-tu BoJack Horseman ?

Ousmane — Je trouve ça à la fois hilarant et déprimant.

Moi — Oh oui.

Ousmane — Tous les personnages semblent chercher désespérément des façons de se distraire pour ne pas faire face à la vacuité terrible de leur existence.

Moi — Oui, c’est nihiliste, quand on y pense.

Ousmane — Mister Peanutbutter l’a parfaitement résumé dans l’épisode qu’on vient de regarder : « The universe is a cruel, uncaring void. The key to being happy isn’t a search for meaning. It’s to just keep yourself busy with unimportant nonsense, and eventually, you’ll be dead. »

Moi — Et lorsque Bojack lit sa biographie, il est confronté à l’absurdité de son existence; le charme est alors rompu et il ne peut plus retourner aux distractions qui lui permettaient de rester minimalement fonctionnel. Et tu vas voir que dans l’épisode de Noël, on comprend que pour lui, Dieu est mort, alors il n’a pas l’option de se tourner vers lui pour donner un sens à sa vie.

Ousmane — Et lorsque Bojack se fait dire qu’il n’y a pas de bonne personne en lui, parce qu’un individu n’est que la somme de ce qu’il fait… c’est très existentialiste. L’existence qui précède l’essence…

Moi — Ouais. Sartre et Camus avec des têtes d’animaux, en dessins animés.

(La porte de la chambre s’ouvre. Roxane, complètement nue, sort et se dirige vers la cuisine.)

Roxane — Dérangez-vous pas pour moé, les amoureux. M’en vas juste chercher d’l’eau.

Moi — Franchement… Tu aurais pu te couvrir un peu, Rox.

Roxane — Ben là… on est entre amies, han. Pis toé, Man, chu sûre que t’a déjà vu ça, une chix à pwel qui vient de se faire baiser solide.

Moi — Rox…

Roxane — Ah oui, c’est vrai ! J’oubliais que t’étais pas aux femmes !

Ousmane — En réalité, je suis…

Roxane — Oh oui ! Je me souviens… T’es à rien pantoute. HA HA HA HA !

Moi — Roxane, je t’avertis. Une autre remarque comme ça et je te querisse dehors en te bottant le cul si fort que les plombages vont de sortir de la bouche.

Roxane — (En retournant dans la chambre, un verre d’eau dans chaque main.) HA HA HA ! Elle avait raison de dire que c’est un safe space icitte ! Pas de danger pour ma vertu en compagnie d’une chicken shit pis d’un eunuque !

(Elle claque la porte en rigolant.)

< Épisode précédent |Épisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s