Épisode 170

Moi — (En s’étirant paresseusement.) On a bien fourré.

Lui — Yup. Et c’est toi qui as fait tout le travail… c’était une baise de tout repos, en ce qui me concerne.

Moi — On a bien fourré. Tu m’as fourrée. J’ai fourré. Fourré. Fourré, fourré, fourré, fourré, fourré.

Lui — Euh… je suis fourré, là.

Moi — Tu t’es déjà demandé combien de fois on peut écrire le mot «fourrer» avant qu’il ne perde toute signification?

Lui — Non, mais je sens que tu vas me le dire.

Moi — J’ai rempli une page de « fourrer » hier soir. J’étais fatiguée, je m’ennuyais et surtout j’avais les nerfs à fleur de peau. Je pensais que ça allait m’inspirer. C’est ce qu’on appelle se fourrer le doigt dans l’œil…

Lui — Tu écris de la porn. Si fourrer ne t’inspire pas, je me demande bien ce qui le fera.

Moi — Je ne sais plus ce qui m’insipire, mais ce n’est certainement pas fourrer, ni les relations sexuelles en générales, en tout cas.

Lui — C’est pas un peu contradictoire, ce que tu viens de dire, non?

Moi — C’est tout ce qui mène à l’acte qui m’allume. Après, ce n’est que de la mécanique et de la tuyauterie. Et c’est quand c’est fini que ça redevient intéressant.

Lui — Comme toutes les scènes casse-couilles de dialogues à la con qui ne mènent à rien et qu’on se fait un plaisir de sauter dans les vidéos porn ?

Moi — Tiens donc… C’est plutôt les scènes de in-and-out que j’ai tendance à fast-fowarder, en ce qui me concerne.

Lui — Peut-être est-ce parce que tu n’as pas de couilles à casser…

Moi — Les préliminaires casse-couilles… Tiens, c’est une idée à creuser, ça : l’escarpin dans les chenolles comme prélude à l’amour…

Lui — Dis plutôt « prélude à l’hospitalisation ».

Moi — Mais non, mon chéri, je te broyerais le sachet avec grâce et délicatesse.

Lui — Je vais quand même passer mon tour, si ça ne te dérange pas trop.

Moi — Toujours est-il qu’en Arial 12 points et des marges de 2 centimètres, j’ai pu « fourrer » cinq cent trente-neuf fois.

Lui — Un vrai gang bang !

Moi — Au quarantième fourrer, je me sentais comme Bart puni au tableau noir dans le générique des Simpsons. Je ne voyais plus que des lettres, sans signification. Ce n’est qu’un mot, après tout.

Lui — Je m’excuse, mais fourrer, ce n’est pas qu’un mot. Glisse-le dans n’importe quelle conversation et tu verras quel effet il produit.

Moi — « Désolée pour le retard, m’sieur le directeur. J’étais à plat ventre sur la photocopieuse en train de me faire fourrer ».

Lui — Ha ha ha ha !

Moi — Reste que pour moi, « fourrer » n’est qu’un mot. Avant, j’écrivais «baiser», jusqu’à ce que je l’use à la corde. J’ai essayé « niquer », mais c’est trop franchouillard et ça me laisse de glace – peut-être parce que ça ressemble trop à « pique-niquer ». Alors je me suis mise à utiliser ce « fourrer », bien gras, bien joual et bien vulgaire.

Lui — Et alors?

Moi — Alors il ne me fait plus d’effet non plus. Je me sens comme une gynécologue qui ausculte des vagins à longueur de jour et qui n’a plus envie de lécher une plotte de retour à la maison.

Lui — Et le mot «plotte», il te fait encore de l’effet?

Moi — À peine.

Lui — Si les mots ne te font plus d’effet, peut-être devrais-tu cesser d’écrire…

Moi — Quoi?

Lui — Ben oui… Fourrer est l’unique objet de ton écriture, alors quand vient le temps de fourrer pour de bon, tu es trop saturée pour joindre le geste au mot.

Moi — Tu viens à peine de dire que j’avais fait tout le travail quand on  a fourré !

Lui — Je te dis ça de façon préventive, han.

Moi — Anyway, je préfère écrire que fourrer.

Lui — Merci, c’est très flatteur. Pourquoi alors sautes-tu dans mon lit chaque mardi après-midi?

Moi — C’est à cause des préliminaires. Et aussi parce que j’ai des escarpins à étrenner et que tes chenolles sont juste à la bonne hauteur.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s