Épisode 184

(On sonne à la porte.)

Boris — Rrrrr Snifff Groink Groink Rrrrr Snifff Snifff…

Moi — Au pied, Boris !

(J’ouvre.)

Roxane — (Une boîte à outils à la main.) Salut toé.

Moi — Bonjour Rox. Entre.

Boris — Rrrrr Snifff Groink Groink Rrrrr Snifff Snifff…

Roxane — C’est le chien que pitoune t’a donné ?

Moi — Oui.

Roxane — Ha ha ha ! Y’é laitte en asti !

Moi — Ça se discute. Moi, je le trouve plutôt cute.

Roxane — J’ai eu des pets qui avaient moins une face de pet que lui.

Moi — C’est plus sa tendance à tout détruire et à pisser sur mon sofa qui me dérange.

Roxane — Ah ben câlisse. J’ai bien fait en asti de ne pas le prendre, d’abord !

Moi — Elle te l’a offert ?

Roxane — Ouain, avant toé. T’es-tu jalouse ?

Moi — Non, juste…. surprise.

Roxane — Je pense qu’Elle a aussi essayé de le refiler à Troy. T’as été la seule assez nounoune pour accepter, ça a d’l’air.

Boris — Rrrrr Snifff Groink Groink Rrrrr Snifff Snifff…

Moi — Bah. Lou l’adore et franchement, je commence moi aussi à m’attacher, alors c’est correct.

Roxane — Tant mieux pour toé, d’abord. Bon, y’est où, ton robinet qui fuit ?

Moi — Oui, dans la cuisine. J’aurais bien appelé le proprio, mais je lui dois un mois de loyer et disons que ça ne me tente pas trop de discuter avec lui.

Roxane — Asti de locataires. Vous êtes bens toutes pareils.

Moi — C’est la première fois en cinq ans que je prends tu retard. C’est pas un drame.

Roxane — Y sait-tu que tu as un chien, asteure ?

Moi — Non.

Roxane — Y’est parti pour avoir une asti de surprise quand tu vas décrisser avec ton loyer de retard pas payé pis qu’y va retrouver son appartement qui sent la pisse.

Moi — Arrête de me charrier. Je n’ai aucune intention de partir sans payer et j’entretiens très bien l’appart. C’est d’ailleurs pour ça que tu es ici.

Roxane — Entéka.

Moi — Tu as besoin de mon aide pour réparer ce robinet ?

Roxane — Offre-moé une bière pis ça va être ben en masse.

Moi — J’en ai acheté expressément pour l’occasion, je vais te chercher ça tout de suite. Tu veux un verre ?

Roxane — Nan. Direct dans la bouteille.

Moi — Ce sont des cannettes.

Roxane — Whatev.

Boris — Rrrrr Snifff Groink Groink Rrrrr Snifff Snifff…

Roxane — Y me semble que ça s’arrange, entre toé pis moé.

Moi — (En lui tendant sa Pabst.) Tu trouves ?

Roxane — Ben oui. J’trouve ça chill qu’on puisse asteure se dire les vraies affaires sans que ça fasse un asti de drame.

Moi — Ouain.

Roxane — Ça m’a pris ben des efforts, mais je pense que j’ai réussi à patcher notre relation.

Moi — (Soupire.) C’est sûr que c’est toi qui as tout fait, han.

Roxane — Cossé que tu veux, chu bonne pour réparer les affaires qui dégoûtent.

Moi — Arrête, tu vas finir par me faire fuir comme ce robinet.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s