Épisode 304

(Après le départ du dernier client – et toujours vêtue de ma combinaison de latex de Madame Séverine – je prends un café avec Maîtresse Sweet Domination dans le backroom de son donjon.)

Madame Séverine — Les fétichistes des pieds, franchement, c’est vraiment de tout repos. Me faire lécher les bottes pendant une heure, ça c’est ce que j’appelle travailler ! S’ils pouvaient tous être comme ça…

Maîtresse SD — Tu ne crois pas si bien dire. Tu as vu ça ? (Elle pointe du doigt des chaussures sur la tablette derrière moi.)

Madame Séverine — Tes Louboutins ?

Maîtresse SD — Mille soixante-quinze dollars. Un cadeau qu’il m’a offert.

Madame Séverine — Maille gode !

Maîtresse SD — S’ils sont si luisants, c’est à force de se faire lécher patiemment, des heures durant.

Madame Séverine — (Soupire.) Quel métier incroyable, quand même.

Maîtresse SD — Je n’en reviens toujours pas, après toutes ces années.

Madame Séverine — Parlant de métier… est-ce qu’on fait relâche pendant le temps des fêtes ? Parce que mardi, mercredi et jeudi… ça tombe la veille, le jour et le lendemain de Noël. Même chose pour le jour de l’An.

Maîtresse SD — On ferme à Noël, mais nous seront ouvertes le jour de l’an. Pour une raison quelconque, ils ont tous besoin d’une bonne correction le jour de l’An. Peut-être veulent-ils commencer l’année du bon pied – foot fetish ou pas.

Madame Séverine — Ah, ok… Ça te dérangerais que je prenne congé? Il se peut que je doive participer à un… ahem… événement spécial.

Maîtresse SD — Spécial… dans le sens de kinky ?

Madame Séverine — Ouais, on peut dire ça. Il y a des chances que ça ne se produise pas, par contre, parce qu’un gâteau géant ça ne se trouve pas facilement, surtout à si brève échéance.

Maîtresse SD — Ok. Maintenant, j’exige des détails.

Madame Séverine — Tu connais Owen, le gars d’Ottawa qui organise des gang bangs?

Maîtresse SD — Évidemment. C’est un petit milieu et on finit par connaître nos collègues. Es-tu en train de me dire que tu seras sa prochaine participante ?

Madame Séverine — Une des deux, oui. Je serais en charge de la partie gang bang des festivités et une autre femme s’occuperait de la suite, un bukkake/gokkun.

Maîtresse SD — Et qu’est-ce que le gâteau vient faire là-dedans ?

Madame Séverine — Je voulais m’assurer de sa motivation et de son désir, alors je lui ai dit que je le ferais seulement si je peux sortir d’un gâteau – un vrai, pas un truc en carton.

Maîtresse SD — Ha ha ha ! Je ne connais pas beaucoup Owen, mais de ce que je sais de lui, prépare tes muqueuses parce que c’est un défi à sa mesure ! Combien y aura-t-il de clients ?

Madame Séverine — Il m’a dit une quarantaine.

Maîtresse SD — J’espère qu’il va te payer à la hauteur de cette charge de travail.

Madame Séverine — En fait, non… si j’y vais, ce sera à titre bénévole.

Maîtresse SD — Voyons donc.

Madame Séverine — Ce serait d’ailleurs la deuxième fois. J’ai participé à un autre de ses gang bangs il y a un an et demi…

Maîtresse SD — C’est toi qui vois, mais tu vas te faire fourrer – au sens littéral comme au sens figuré.

Madame Séverine — Tu… tu crois?

Maîtresse SD — Je peux me renseigner, mais il me semble que les gang bang girls d’Owen sont toujours des professionnelles.

Madame Séverine — Ben là…

Maîtresse SD — Il fait payer les dudes qui y participent, non ?

Madame Séverine — C’est pour couvrir les frais de l’hôtel et du gâteau…

Maîtresse SD — Et tu penses qu’il ne se met rien dans les poches, chérie ?

Madame Séverine — J’en sais querissement rien. En fait, je pensais que les filles y allaient pour les mêmes raisons que moi : pour vivre un fantasme et prendre leur pied.

Maîtresse SD — Je suis la preuve vivante qu’on peut prendre son pied ET se faire payer en même temps. Voir même se faire donner des talons aiguilles à mille dollars en prime.

Madame Séverine — Ouain.

Maîtresse SD — Mais bon, comme j’ai dit, c’est toi qui vois, han.

Madame Séverine — (Pensive.) Qu’est-ce que tu penses que je devrais faire ?

Maîtresse SD — Commence par lui poser des questions sur le financement de l’événement. Tu verras bien.

Madame Séverine — Hum… C’est sûr que je pourrais lui écrire…

Maîtresse SD — Qui sait? Maybe you will be able to have your cake and eat it.

< Épisode précédent | Épisode suivant >

 

 

Une réflexion sur “Épisode 304

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.