Épisode 303

Ousmane — Encore un épisode en espéranto? Vraiment?

Moi — C’est maintenant une tradition.

Ousmane — Pourquoi aujourd’hui? Pourquoi maintenant ?

Moi — C’est le quinze décembre et c’est le Jour de Zamenhof.

Ousmane — Cool. Peux-tu me rappeler qui il est ?

Moi — Il est le créateur de la langue internationale. C’est son cent-soixantième anniversaire.

Ousmane — C’est super.

Moi — Oui.

(Long silence.)

Ousmane — Es-tu encore en train d’apprendre l’espéranto?

Moi — Ouais. Je l’apprends depuis cinq ans maintenant.

Ousmane — Cinq ans? C’est censé être une langue facile à apprendre, non ?

Moi — Pas pour moi, visiblement. Je suis douée avec ma langue – pas avec les langues.

Ousmane — Ha ha ha. Tu devrais apprendre l’espagnol. Ce serait plus utile.

Moi — Meh. J’aime les choses inutiles. C’est le sel de la vie.

Ousmane — C’est ironique, parce que l’espéranto a été conçu comme une langue strictement utilitaire.

Moi — Je sais. Il n’y a pas assez de locuteurs de l’espéranto. Ça donne l’impression de parler dans le vide.

Ousmane — Pourquoi ?

Moi — Peut-être parce que peu de gens ont comme moi cinq ans à perdre pour apprendre une langue inutile.

Ousmane — C’est un cercle vicieux.

Moi — Peut-être. Mais c’est un cercle vicieux plein de beauté.

Ousmane — De beauté?

Moi — Oui. La beauté des choses inutiles. Comme l’origami. Comme les mots croisés. Comme la littérature. Comme l’amour. Je me consacre au superflu.

Ousmane — Tu es une romantique incorrigible, ma chérie.

Moi — Alors qu’est-ce que tu attends pour m’embrasser?

Legu ĉi tiun epizodon en Esperanto.

< Épisode précédent | Épisode suivant >