Épisode 136

(On sonne à la porte du demi-sous-sol. Ma fille va ouvrir.)

Lou — Salut.

Elle — LOOOOUUUU ! Ma Louloute en pain d’épice !

Lou — Salut.

Elle — Comment vas-tu, ma grande ?

Lou — Meh.

Elle — Ta maman est là ?

Moi — Je suis dans la cuisine !

Elle — J’ai acheté des tas de trucs pour souper à la boulangerie Beirut ! De la fattouche, des fatayers aux épinards, des feuilles de vigne farcies, du hommous, des falafels… et des pitas encore chauds, tout frais sortis du four !

Moi — Woo hoo ! Et moi, j’ai presque terminé le couscous. Ce sera tout un festin !

Lou — Maman a aussi acheté des Froooute Looupses et des Pope Tartes en fin de semaine, mais elle n’a pas voulu que j’en mange avant demain matin.

Elle — Ah ha ! Je savais qu’elle ferait ça, alors j’ai prévu le coup : j’ai aussi apporté du bon vieux lait de vache homo des familles.

Moi — (Soupire.)

Elle — On va pouvoir s’offrir un bol de Froooute Looupses 100% exempt de lait d’amande ou d’autres trucs bons pour la santé du même genre !

Lou — (Dans un rare moment d’enthousiasme.) Yé !

Moi — Le monde entier se ligue pour que ma fille s’empiffre de cochonneries.

Elle — Arrête donc ! Une fois n’est pas coutume… han, Lou ?

Lou — (Revenant à son naturel.) Meh.

Moi — Va faire tes devoirs, mademoiselle malbouffe. On mange dans trente minutes.

Lou — Ok. (Elle part dans sa chambre.)

Elle — Eille ! Il faut absolument que je te montre quelque chose.

Moi — Ah ?

Elle — Mère courage a construit une nouvelle fucking machine et j’ai servi de cobaye pour la tester vendredi dernier !

Moi — Oh !

Elle — On a mis la vidéo sur notre profil Fetlife. Attends, je vais te montrer…

Moi —Je savais bien que vous alliez avoir du fun même si je n’étais pas là.

Elle — Tu as changé le code du wifi ?

Moi — Oui. Je l’ai noté dans la dernière page du carnet noir qui est dans le tiroir du haut.

Elle — Ok ! Tu vas voir, chéri a bricolé tout un engin cette fois-ci. C’est kinky à mort !

Moi — Aon ! Aon !

Elle — Je trouve pas le carnet…

Moi — Lou a dû le placer dans le deuxième tiroir.

Elle — Il n’est pas là non plus… hey ! C’est quoi ça ?

Moi — Hein ?

Elle — Une carte de souhaits… ?

Moi — C’est rien. J’aurais dû la foutre au recyclage.

Elle — Shit… C’est le fameux David ?

Moi — C’est rien, je te dis.

Elle — Rien ? Ça me donne froid dans le dos… j’en tremble.

Moi — Je l’ai bloqué sur Facebook et sur mon téléphone, alors il capote un peu.

Elle — « Capote un peu » ? Bel euphémisme. Il te fait des menaces de mort !

Moi — Pas directement…

Elle — Come on ! « Je veux qu’on soit ensemble dans la vie ET DANS LA MORT »… et en plus il a dessiné un crâne ! Qu’est-ce que tu veux de plus ?

Moi — Tu exagères.

Elle — J’espère que tu as appelé la police.

Moi — Tu sais bien que ce n’est pas mon genre d’appeler les flics.

Elle — On ne parle pas de donner l’itinéraire d’une manif ou de dénoncer un de tes petits camarades, là. On parle de ta sécurité.

Moi — Il ne fera rien. Il a juste essayé une fois d’entrer dans le demi-sous-sol et…

Elle — Wo minute ! Il sait où tu habites ?

Moi — Évidemment. Comment aurait-il pu me poster sa carte, autrement ?

Elle — Aie. Imagine s’il décide de se pointer ici…

Moi — Oh, il l’a déjà fait… Il était saoul et a essayé de bloquer la porte avec son pied quand j’ai voulu la fermer.

Elle — QUOI ?

Moi — Il a ensuite frappé sur la porte en gueulant des trucs incohérents. C’était intense.

Elle — OH NON ! CE TYPE EST UN FOU DANGEREUX !

Moi — Chut !

Elle — DIS-MOI QU’IL NE T’A PAS FAIT DE MAL !

Moi — Moins fort !

Elle — Dis-le moi !

Moi —  Il ne m’a pas touchée. Maintenant, baisse le ton, je ne veux pas que tu fasses peur à Lou.

Elle — J’espère qu’elle n’était pas là quand ça s’est passé…

Moi — Justement, elle y était et je ne veux pas qu’elle fasse de l’angoisse à ce sujet.

Elle — Ma belette en pouding… il faut que absolument que tu appelles la police. Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour ta fille.

Moi — Je vais régler le problème moi-même, t’inquiète.

Elle — Tu as peur de tout, ma punaise de lit en chocolat ! Comment peux-tu penser que tu vas régler par toi-même un problème de psychopathe qui te fait des menaces de mort ? Si tu n’appelles pas la police, je vais le faire à ta place !

Moi — Il n’en est pas question ! C’est mon problème, je vais le régler moi-même, à ma façon.

Elle — Mais…

Moi — Et je veux que tu me promettes d’en parler à personne. Même pas à Mère courage.

Elle — Je ne peux pas promettre une chose pareille. Je m’inquiète pour toi !

Moi — Promets !

Elle — Je n’en parlerai pas à Mère courage. Promis.

Moi — Bon.

Elle — Je peux savoir qu’est-ce que tu as l’intention de faire pour régler ça ?

Moi — J’ai ma petite idée. Fais-moi confiance.

Elle — Je ne suis pas rassurée du tout.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s