Épisode 188

Moi — Tu es vraiment un cœur. Ce robinet est en train de me rendre folle.

Lui — Je suis peut-être un cœur, mais je suis loin d’être un plombier.

Moi — Avec ton jeans qui laisse entrevoir la craque de tes fesses, c’est à s’y méprendre.

Lui — Ha ha ha. Me passerais-tu les vise-grips ?

Moi — Heu…

Lui — (Avec un accent radiocanadien.) La pince-étau.

Moi — Heu…

Lui — La gugusse avec un manche en plastique bleu.

Moi — Ah ok ! Tiens.

Lui — Merci. Il me reste juste à serrer ici… et… voilà, c’est fait.

Moi — Yééé !

Lui — Tu peux remettre l’eau, pour voir si tout est étanche ?

Moi — Voui. (Je pars ouvrir le robinet dans la cuisine.)

(Bruit d’eau qui gicle.)

Lui — Ferme ! Ferme ! Oh shit oh shit oh shit !

Moi — Quoi ?

Lui — FERME L’EAU ! FERME L’EAU !

Moi — Ok, ok, pas de panique…

Lui — Ah la la. Quel dégât.

Moi — Je vais aller chercher des serviettes et la moppe pour tout éponger ça.

Lui — Mais pourquoi ça coule ? J’ai fait exactement comme dans la vidéo sur YouTube…

Moi — C’est pas grave, trésor. Je pense que j’en suis arrivée au point où je vais devoir appeler un professionnel.

Lui — Tu pourrais peut-être demander à Roxane. Elle travaille dans la construction, après tout…

Moi — C’est déjà fait. Et tu as vu le résultat…

Lui — Elle a refusé de réparer ton robinet ?

Moi — Au contraire. Elle est venue, a serré quelques trucs avec une grosse clé à molette, puis s’est saoulée comme une Polonaise et a pleuré en se masturbant dans mon lit jusqu’aux petites heures.

Lui — Aie. Pour vrai ?

Moi — Pour vrai de vrai. Sauf pour la Pologne: ce sont des préjugés xénophobes. Si ça se trouve, les lesbiennes Keb boivent encore plus.

Lui — Elle est restée toute la nuit chez toi ?

Moi —  Oui. Et le lendemain, elle est repartie avec sa gueule de bois en me laissant avec un robinet qui fuyait toujours – mais moins qu’il ne fuit en ce moment.

Lui — Wow. Tu parles d’une personnalité complexe, han.

Moi — « Complexe » n’est pas le mot qui me vient spontanément à l’esprit.

Lui — Elle est souvent difficile, c’est certain.

Moi — « Difficile » est un euphémisme un peu trop généreux, si tu veux mon avis.

Lui — Emploie le mot que tu voudras, reste que Rox est notre métamour et on a pas d’autre choix que de vivre avec.

Moi — Je n’ai aucune intention de vivre avec elle, querisse !

Lui — Je veux dire : d’accepter qu’elle soit minimalement présente dans notre vie.

Moi — (Soupire.) Même après tout ce temps, je ne comprends toujours pas ce qu’Elle lui trouve.

Lui — Elle aime les caractères forts. Tu ne l’as pas encore remarqué ?

Moi — Ouain.

Lui — C’est pour ça qu’Elle t’aime à ce point, aussi.

Moi — Re-Ouain.

Lui — Tu veux que j’appelle le plombier qui est venu installer notre baignoire il y a deux ans ?

Moi — (Je m’approche de lui et mets ma main entre ses cuisses.) Bonne idée. En l’attendant, je vais pouvoir régler cet autre problème de tuyau qui me chicote depuis trop longtemps.

Lui — (Le rouge au front et la bosse à la braguette.) Oh… Tu crois que tu arriveras à la faire couler ?

Moi — Chéri, le robinet qui restera étanche en ma présence n’a pas encore été manufacturé.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s