Épisode 204

Blondine — Allô mon amour !

Moi — Blondine ! C’est gentil de passer me voir ! (Je l’embrasse.)

Blondine — Ils ont choisi un bureau parfait pour toi, à ce que je peux voir…

Moi — Tu parles. Je pense que je suis la seule sur l’étage. J’ai l’impression de travailler dans une ville fantôme.

Blondine — Tu n’es pas trop loin des toilettes et tu as une vue sur le parlement. Je pense qu’on peut difficilement espérer mieux.

Moi — Justement. J’espérais un accès à internet, au email et à un téléphone… et surtout, je m’attendais à avoir accès aux fichiers qui contiennent les textes que je suis censée réviser.

Blondine — Ah ça… les techniciens aiment prendre leur sweet time. Avec un peu de chance, tu vas avoir tout ça dans une semaine.

Moi — C’est que j’ai un contrat d’un mois seulement…

Blondine — Bienvenue à la fonction publique fédérale, chérie.

Moi — Une chance que j’ai apporté ma clé USB avec mon manuscrit, sinon je trouverais le temps long en querisse.

Blondine — Aie. Utiliser une clé USB personnelle est une security breach dans le ministère. Tu vas te la faire confisquer !

Moi — Comment vont-ils savoir ? Je suis toute seule sur l’étage.

Blondine — Ils peuvent la détecter sur le réseau.

Moi — Je n’y ai pas accès, au réseau. C’est pour ça que j’utilise ma clé USB. Sinon, je ferais le travail pour lequel j’ai été embauchée.

Blondine — Vu de même…

Moi — Je n’en reviens pas encore que je doive attendre le quart de la durée de mon contrat avant de commencer à travailler.

Blondine — Et encore, c’est si tout va bien. Tu as rencontré ta superviseuse ?

Moi — Je l’ai croisée brièvement à son bureau. Elle a dit qu’elle n’avait pas de temps pour moi pour l’instant et qu’elle passerait plus tard.

Blondine — Ha ! Ça risque de ne pas être avant que tu aies tout ce qui te faut pour commencer à travailler.

Moi — Shit… quand je pense que j’ai dû surmonter mon agoraphobie pour me rendre ici. Je me sens inutile en querisse.

Blondine — Bah. Ça pourrait être pire : ils pourraient te trouver des trucs inutiles à faire, en attendant. Ils appellent ça du busy work ; compte-toi chanceuse.

Moi — Ah la la. Je n’aurais jamais dû accepter ce contrat. L’air recyclé n’est pas bon pour mon asthme et je ne te dis pas ce que l’éclairage fluorescent fait à ma santé mentale.

Blondine — Le beau côté de la chose, c’est qu’on travaille maintenant dans le même édifice. On va se voir chaque jour !

Moi — C’est vrai.

Blondine — (S’approche et chuchote à mon oreille.) En plus, je connais tous les coins secrets pour s’amuser à deux pendant la pause.

Moi — Aon ! La tienne est à quelle heure ?

Blondine — Right now.

Moi — Yes ! J’apporte mon câble d’imprimante, mon gros marqueur sharpie et mon agrafeuse.

Blondine — Oooouuuuuu ! Kinky !

< Épisode précédentÉpisode suivant >

Une réflexion sur “Épisode 204

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s