Épisode 221

Lui — Isssh ! Qu’est-ce que c’est que ce truc plein de mousse ?

Moi — Végé-pâté. Envoie-ça au compost.

Lui — (En reniflant d’un air dégoûté.) Ton lait d’amande sent la mort.

Moi — Évier et ensuite recyclage.

Lui — Jamais je n’aurais cru que le frigo d’une végétarienne puisse devenir aussi dégueulasse après une panne de courant.

Moi — Végétalienne, pas végétarienne.

Lui — Oh-la-la-excusez-moi-pardon.

Moi — Si j’étais végétarienne, tu serais confronté en ce moment même à plein de produits laitiers dans un état apocalyptique.

Lui — Les légumes se sont transformés eux-mêmes en purée gluante. Ouache.

Moi — Tu es vraiment un cœur d’être venu comme ça, spontanément, à ma rescousse. Jamais je n’aurais pu faire ce ménage moi-même : j’ai eu envie de vomir juste en ouvrant la porte.

Lui — Quand je me suis offert pour t’aider, je pensais surtout au ramassage de l’arbre abattu dans ta cour, pour être bien honnête.

Moi — Le proprio s’en occupe déjà. Tu es beaucoup plus utile en super-héros du fridge qui pue, mon chéri.

Lui — C’est fou les superlatifs qu’une femme doit employer pour qu’un homme s’abaisse à faire des tâches ménagères, han ?

Moi — Tu n’as encore rien entendu : je vais tout à l’heure te supplier d’être le Messie du bac de compost couvert d’asticots.

Lui — Ha ha ha ! Beurk.

Moi — N’oublie pas cette tache soulèvecœurante…

Lui — (En finissant de laver la tablette.) Je l’ai vue, t’inquiète. Serait-ce possible que ta bouffe commençait déjà à pourrir lorsque tu as perdu le courant ? J’arrive difficilement à croire que tout a atteint un état de putréfaction en seulement quatre jours…

Moi — Tu as certainement déjà entendu Lou se plaindre qu’il n’y a rien à manger chez moi, n’est-ce pas… tu as maintenant la confirmation que ce n’est pas une légende urbaine.

Lui — (Renifle le goulot de la bouteille de verre.) Le sirop d’érable : je jette ?

Moi — Il n’a pas l’air cristallisé… tu goûtes ?

Lui — (Sourire en coin.) Hum… Tu connais la scène du frigo du film 9 semaines ½ ?

Moi — J’ai préféré le roman d’Ingeborg Day qui en a servi de vague inspiration – et qui n’a pas de scène de bouffe pantoute.

Lui — (Une lueur coquine dans le regard.) Hé hé hé… J’ai en tête des tas de façons que je pourrais goûter ce sirop.

Moi — Entourés de bouffe qui sent la charogne… Quel romantisme.

Lui — Mais non, mais non… Il ne me reste qu’à sortir toutes ces ordures et rincer ton bac à compost. Ensuite, je serai prêt à être le Sauveur Suprême de ta chatte couverte de sirop d’érable.

Moi — Et aussi le preux chevalier de mes seins ?

Lui — Yup.

Moi — Et… le demi-dieu de mon anus ? Avec… ta langue ?

Lui — Hey, je viens de te prouver que les jobs salissantes ne me faut aucunement peur, n’est-ce pas…

Moi — (Je me lève et défais le bouton de mon jeans.) Ne tarde pas trop, héros de mon cœur.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s