Épisode 327

Maîtresse SD — (Dès que son soumis a fermé derrière lui la porte du donjon.) Oh maille gode! Quelle soirée interminable. À quelle heure, le prochain?

Moi — Dans trente minutes. Ce sera le dernier.

Maîtresse SD — Et pour longtemps. On ferme non seulement pour les fêtes, mais aussi le temps que la cinquième vague soit passée.

Moi — En attendant la sixième…

Maîtresse SD — (En riant.) Que ferais-je sans ton éternel optimisme?

Moi — Sûrement moins d’argent !

Maîtresse SD — C’est vrai que les affaires ont bien roulé depuis l’été.

Moi — Une chance, parce que mon boulot au donjon est maintenant presque ma seule source de revenus. Les contrats pour le gouvernement se font rares en ce moment…

Maîtresse SD — Tu vas t’en sortir si on reste fermées pendant plusieurs semaines ?

Moi — T’inquiète, je vais me débrouiller.

Maîtresse SD — Pfff. Je vais m’inquiéter s’il y a lieu de m’inquiéter.

Moi — Oh! Je vous demande pardon d’avoir osé vous donner un ordre.

Maîtresse SD — Ouain, c’est ça. Blague à part, je veux que m’assurer que tu ne sois pas dans la misère. Tout d’abord, voici ta part des bénéfices de cette semaine. (Elle me tend une enveloppe remplie de billets.)

Moi — Merci bien, patronne.

Maîtresse SD — Tu sais bien que je déteste qu’on m’appelle comme ça.

Moi — Merci bien, Maîtresse cruelle.

Maîtresse SD — Voilà qui est mieux. J’ai aussi un autre petit quelque chose pour toi…

(Elle se rend à l’armoire et en retire un grand panier d’osier enveloppé dans du cellophane.)

Maîtresse SD — (En le déposant sur le bureau, devant moi.) Voilà. Joyeux Festivus – ou whatever.

Moi — Un panier de Noël? Pour moi?

Maîtresse SD — Pour la meilleure assistante que j’aie jamais eue.

Moi — (Après avoir déballé le panier.) Des collations véganes! Du thé Kusmi pour mon samovar! Un womanizer! Oh! Du chocolat!

Maîtresse SD — Regarde au fond.

Moi — (Au fond du panier se trouve un très vieux livre – comme le les aime. Sur la page de garde, je lis.) Le mirliton priapique, 69 quatrains contre le spleen avec un culispice folâtre… par le Frère Culpidon. Publié en 1883.

Maîtresse SD — Le type qui me l’a vendu m’a dit qu’il n’a été publié qu’en 69 exemplaires.

Moi — Ça t’a sûrement coûté la peau des fesses !

Maîtresse SD — Disons seulement que plusieurs peaux de fesses ont été fouettées pour pouvoir l’acheter.

Moi — (Des larmes aux yeux.) Je… je ne sais pas quoi dire.

Maîtresse SD — Tourne les pages avant de dire quoi que ce soit.

En feuilletant le livre, je trouve des billets de cinquante dollars qui ont été insérés entre les pages.

Moi — Mais… mais… pourquoi ?

Maîtresse SD — Pour que tu tiennes bon pendant qu’on sera confinées. Et parce que tu es la meilleure assistante que je n’aie jamais eue – et tu sais à quel point je ne supporte pas de me répéter, alors ne pousse pas ta luck.

(Je lui saute au cou et je l’embrasse.)

Moi — Et toi, tu es la meilleure patronne au monde !

Maîtresse SD — (Grommelle.)

Moi — Quand la révolution arrivera, j’insisterai pour qu’on te pende en dernier.

< Épisode précédent | Épisode suivant >

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.