Épisode 261

(Dans une allée d’une quincaillerie, aussi perdue que si on m’avait parachutée de nuit dans un quartier malfamé d’Addis-Abeba.)

Roxane — (En me donnant un coup de jointures sur l’épaule.) Ah ben! Si c’est pas mon islamo-gauchiste préférée!

Moi — (En me frottant l’épaule.) OUCH! Querisse! Ça fait mal, ça!

Roxane — Asti de mauviette. C’est juste une p’tite binne amicale.

Moi — Désolée, je ne suis pas familière avec les mœurs des lesbiennes du Neandertal.

Roxane — Je m’attendais pas à te voir icitte.

Moi — Tu t’attendais plutôt à voir le couple Tailleur, n’est-ce pas…

Roxane — Han?

Moi — Diane et Ken.

Roxane — De cossé que tu racontes là?

Moi — Ken et Diane Tailleur.

Roxane — (Se frappe le front avec la paume de la main.) Asti que c’est pénible c’te jeu de mots-là.

Moi — C’est moins douloureux qu’un coup de poing sur l’épaule, par contre.

Roxane — Ben oui, ben oui, c’est ça. Pis que c’est que tu fais donc chez Canadian Tire?

Moi — J’ai un meuble à réparer et il faut que j’achète un outil… sauf que je ne le trouve pas et que là, l’agoraphobie est sur le point de prendre le dessus sur les bonnes intentions.

Roxane — (Ironique.) Pauvre petit snowflake. C’est dur d’être tusseule, loin de son safe space, han?

Moi — (Soupire.) Je suis à deux cent kilomètres de l’UQAM, imagine à quel point je suis déboussolée.

Roxane — Ha ha ha ! On voit ben que le monde comme toé, vous êtes pas adaptés au vrai monde. C’est quoi que ça te prends comme outil?

Moi — La gugusse en forme de L qui vient dans les boîtes de meubles IKÉA – avec la pièce en trop qu’on sait jamais où placer.

Roxane — C’est une Allen key que tu veux. T’as-tu besoin du métrique ou du SAE?

Moi — Euh…

Roxane — (S’étire le bras en soupirant et prends une boîte sur le présentoir.) Tiens, achète ça. T’as un kit dans les deux mesures, faque t’es sûre d’avoir celle que t’as besoin de.

Moi — Vingt dollars pour quelques bouts de métal? Shit…

Roxane — (Excédée.) Eille, fais pas ta cheap en plus.

Moi — J’ai acheté ma table dix dollars sur Kijiji. À ce prix-là, je vais endurer sa patte qui ballotte.

Roxane — Arrête de faire pitié, câlisse. M’a v’nir chez vous la réparer ta table, moé. Tussuite à part de t’ça : ça adonne que j’ai du temps à pardre.

Moi — C’est bien gentil de t’offrir, mais sans façons.

Roxane — Bon, a fait encore sa stuck up.

Moi — Tu ne te souviens pas de la dernière fois où tu es venue réparer quelque chose au demi-sous-sol? Ça s’est terminé de façon assez cringe merci.

Roxane — Je traversais une mauvaise passe, tsé.

Moi — Ouain.

Roxane — Mais bon, endure-la ta table de bésesse, si t’as pas besoin de mon aide. Moé, je m’en câlisse solide, tsé.

Moi — (Soupire.) Je sens que je vais le regretter.

< Épisode précédentÉpisode suivant >

 

2 réflexions sur “Épisode 261

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.